L'Audio-Psycho-Phonologie

L'audio-psycho-phonologie (APP) est issue, en 1957, des travaux de Alfred Tomatis, médecin oto-rhino-laryngologue, spécialiste des troubles de l'audition et du langage.

Centrée sur les relations entre l'oreille et la voix d'une part et entre l'oreille et le psychisme d'autre part, l'Audio-Psycho-Phonologie (APP) élargit le champ classique d'exploration de l'oreille. En prenant en compte l'une de ses fonctions les plus méconnues, celle de la recharge corticale, l'APP insiste sur le rôle capital qu'elle joue dans le fonctionnement de l'être humain en lui servant non seulement à entendre mais aussi à lire, écrire, bouger, parler, penser, se concentrer, bref à vivre !


AUDIO

Le son, la musique sont les outils que nous utilisons tant pour le bilan de départ (ce qui nous permet d'établir l'utilité d'une cure), que pour la stimulation proprement dite.

Il est toujours vivement conseillé de s'assurer que l'audition n'est pas altérée (visite chez un O.R.L.). Si c'est le cas, une stimulation n'est pas nécessairement déconseillée mais cela nous permet d'établir avec plus de précision le type de programmation ainsi que la limite de notre travail.

L'oreille est l'un des organes des sens qui est fonctionnel dès le quatrième mois de la vie intra-utérine.

« Ecouter c'est bien plus qu'entendre »

C'est l'ensemble des sons dans lesquels baigne un enfant qui forme progressivement son oreille, et cela dès le 4 ème mois après sa conception. L'oreille apprend progressivement à sélectionner certains sons, parmi tous ceux qui lui parviennent dans le sein de la mère.

«  Ecouter, c'est une capacité qui peut se perdre »

Naissance difficile, séparation d'avec la mère, ou tensions dans la famille, par exemple sont des facteurs qui peuvent nous amener à «  fermer » notre écoute pour nous protéger. L'oreille se ferme alors à certains sons, souvent ceux qui sont nécessaires pour apprendre le langage et pour développer nos facultés d'apprentissage (lecture, orthographe, perte de confiance en soi, sabotage de la vie sociale).


PSYCHO

L’appareil auditif dans son trajet neurologique (intégrateurs vestibulaire et cochléaire) passe par la zone du thalamus (siège de nos mémoires émotionnelles, de nos expériences faites et jouant un rôle important dans nos sensations).
L’écoute est également cet outil important de la communication, de la relation avec autrui. Toute altération de cette écoute perturbera cet échange. Et inversement, toute perturbation de la communication fragilisera l’écoute.

Un adulte qui a perdu sa capacité d’écouter se sentira fatigué, découragé, en retrait de la vie normale. Il pourra avoir des problèmes au travail et à la maison, sans comprendre pourquoi.

Différentes études ( D. Deneys et B. Auriol ) ont démontré qu’il existait des traits de la personnalité significativement modifiés par l’usage prolongé d’une thérapie sonore avec l’appareil Tomatis. Ce travail a été fait en comparant un test de personnalité assez détaillé ( le MMPI ) d’un certain nombre de sujets avant cette sono thérapie et après plusieurs mois de pratique.

Ce type de cure semblerait entraîner une plus grande propension à extérioriser les problèmes sous forme d’actions sociales adaptées, et une plus grande capacité d’adaptation sans modification notable de la structure de la personnalité. On observe une diminution des échelles d’angoisses, d’introversion, de dépression, d’intériorisation, et de névrose et une augmentation de l’échelle de « force du Moi ».


PHONOLOGIE

Très tôt dans ses recherches, Alfred Tomatis mit en évidence 3 lois.

  1. La première loi est : « Le larynx n’émet que les harmoniques que l’oreille peut entendre ». On savait que « quand il y a des trous dans l’audition, il y en a dans la voix ». En rapprochant systématiquement les courbes d’audition et les courbes de phonation de sujets porteurs de scotomes ou, plus significativement encore, de sujets d’expression linguistique différente, Alfred Tomatis a pu mettre en évidence non seulement la correspondance des défaillances auditives et des défaillances vocales, mais également la correspondance exacte et totale pour toutes les fréquences de l’audiogramme et du phonogramme, des sons entendus et des sons émis.
  2. La deuxième loi est « Si l’on restitue à l’oreille lésée la possibilité d’entendre correctement les fréquences perdues ou compromises, celles-ci sont instantanément est inconsciemment restituées dans l’émission vocale ».
  3. La troisième loi est « L’audition forcée, entretenue et répétée assez longtemps modifie à titre définitif et l’audition et la phonation ».

Une altération de la latéralité auditive entraîne régulièrement une perturbation de la boucle audio-vocale (oreille-voix) et provoque des troubles du rythme, de la précision articulatoire, du timbre, de la justesse de la voix qu’elle soit parlée ou chantée.
Les différentes recherches neurolinguistiques actuelles confirment l’importance de l’oreille dans l’intégration du langage chez l’enfant. Et notamment dans la capacité métalinguistique (métaphonologie – syllabation et métaphonémie – reconnaissance des phonèmes à l’intérieur de la syllabe).



Qui est Alfred Tomatis ?